l’empathie est la synesthésie du coeur

L’empathie est probablement la force qui pourrait rendre notre monde meilleur; évitant les conflits, les incompréhensions, l’intolérance, et nous permettant de vivre en harmonie.

Voila fout d’abord une définition de l’empathie et de la synesthésie

Empathie : Capacité a ressentir les émotions de l’autre, a se mettre a sa place

Synesthésie : Capacité d’associer plusieurs sens. Par exemple, l’audition et la vue, ou le gout. Certaines personnes ont cette capacité. En entendant de la musique, il « verrons » des couleurs ou ressentirons un gout. Rimbaud a écrit un très beau poème appelé Voyelles qui commence comme cela :

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

La suite ici : http://www.mag4.net/Rimbaud/poesies/Voyelles.html
Depuis que je ne bois plus, je ressent beaucoup plus les autres. Dans la rue, mon regard vers autrui a changé. Il est moins agressif, plus compréhensif. J’ai parfois l’impression de ressentir ce qu’ils sont, ce qu’ils vivent.

La vieille dame qui marche seule en portant ses courses, le jeune couple sur un banc, l’enfant qui est grognon ou heureux. Etc.

Je crois que l’empathie est un concept beaucoup trop ignoré. Et c’est très dommage, car grâce a l’empathie, il est plus difficile de faire du mal a son prochain, de lui en vouloir, de faire preuve d’incommunicabilité. Si l’on éduquais les enfants a l’empathie, le harcèlement diminuerait de beaucoup, les conducteurs en colère aussi, le voisin qui fait hurler sa stéréo a 6h du matin la baisserait, en réalisant que ses voisins dorment, en se mettant a leur place. On pourrais même étendre l’empathie aux états, au gouvernements, aux lois… Mais là, on peux rêver.

Un chercheur, (désolé je n’ai pas les sources) déclarait que l’empathie a été le moteur qui avait permis aux premiers hommes de survivre. Une sorte d’instinct de survie naturel qui nous permettait de vivre les uns avec les autres.
Voir aussi cet article

Regardez les petits enfants, si l’un d’eux pleure, l’autre, souvent, viendra vers lui. Les animaux aussi ressentent notre souffrance et vienne fréquemment nous consoler. Un chat aux USA, dans un hospice pour personnes âgées avait pris l’habitude de se coucher sur le lit des mourants. Les éléphants sont connus pour protéger les plus faibles ou les malades.

Je crois que nous avons en grande partie perdu cet instinct naturel. Nous l’avons bien sur remplacé par des lois, des états, des religions. tout cela pour le meilleur ou pour le pire.

C’est aussi une sécurité. Aussi surprenant que cela paraisse. Être empathique permet de deviner l’autre, ses mauvaises intentions, et se mettre a l’abri. Un vieux Sensei, Taiji Kase, maitre de karaté que j’ai eu la chance de rencontrer racontait cette histoire : un jour, il marchait dans la rue et a vu plus loin un groupe de personnes qu’il a perçu comme dangereux. Alors (bien qu’il aurait probablement pu les envoyer tous au tapis malgré le fait que c’était un petit gros avec des mains de bébé)  il a changé de trottoir pour éviter la confrontation. Quelle sagesse!

Bien sur, c’est beaucoup plus facile a dire qu’a faire. Nous avons tous nos soucis, nos peines, nos stress qui annihilent notre empathie naturelle, nous rendent agressif, nous font regarder de travers le mendiant qui nous demande une pièce ou la personne qui nous double dans la file a la caisse.

Ce n’est pas non plus ëtre une « poire » et se laisser faire, mais ëtre plus compréhensif. Au sens d’appréhender l’autre comprendre ses motivations, et même son vécu.

Je parlais de synesthésie car l’empathie nous permet de voir l’autre dans sa globalité, dans son entier autant que faire se peut, et améliorer notre rapport a l’autre que se soit en société, dans le couple, en famille ou au bureau. Et d’etre, de ce fait plus heureux.

L’empathie, telle que je la voie est la compréhension de l’autre. Pas l’acceptation aveugle. Par exemple, je peux comprendre ce qui peut amener quelqu’un a se mal conduire, ça ne veux pas dire que je lui donne l’absolution. mais le fait de comprendre, de ressentir permet de mieux le vivre. En comprenant, autant que faire se peux, ce qui a pu amener quelqu’un a me faire souffrir, j’ai pu acquérir plus de sérénité. C’est aussi tenter de parvenir au vrai pardon. mais, ça ne veux pas dire que j’y suis parvenu.

J’ajouterais pour conclure que le plus difficile, mais aussi l’un des points les plus importants, c’est d’avoir de l’empathie, de la compassion (hors de la signification religieuse du terme) pour soi même. Sans tomber dans la facilité, mais savoir se pardonner.

Publicités
Cet article, publié dans philosophie, sociologie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s